L'innovation répond-elle à nos besoins ou en créer de nouveaux ?

LIRE

 

L'innovation est-elle facteur de compétitivité ?

 

La compétitivité est-elle corrélée à l'innovation ?

Tout d'abord, il convient d'effectuer un détour par la sémantique afin de déterminer le contenu qui se cache derrière ce concept. En effet, il apparaît primordial d'éclairer sur la différence majeure qui sépare l'innovation de l'invention. La première n'est jamais qu'une nouvelle méthode d'exploitation d'un marché qui lui préexiste. Autrement dit, elle est une restructuration d'un rapport à un marché donné.

 

L'invention, au contraire, est porteuse de nouveaux marchés. C'est pourquoi dans le cadre d'une réflexion sur la production de nouveaux procédés, il faut bien garder à l'esprit qu'il s'agit d'améliorer la compétitivité d'une entreprise sur un marché où elle se situe déjà. Il est vrai que dans le contexte de la mondialisation, les avantages acquis par les entreprises qui avaient su profiter de l'essor industriel et des économies nationales ont été ruiné. Par conséquent, elle semble incontournable pour survivre dans ce nouveau contexte des marchés globalisés. Entre réussites et échecs.

 

Les contraintes et incertitudes de l'innovation.

 

Les incertitudes liées à la rentabilité d'une innovation sont multiples et variées. En effet, leur origine est parfois totalement différente. D'abord, l'INPI qui garantit la protection de la propriété industrielle n'accorde aux entreprises qu'un monopole temporaire. De là, il apparaît nécessaire de se renouveler presque systématiquement pour conserver "une avance" sur l'état des propositions et des méthodes de production en vigueur sur le marché à un instant T. Aussi, le cadre institutionnel présente de sérieuses limitations à l'exploitation de ces innovations. Par exemple, Microsoft a dû mettre un terme à son monopole organisé sur les systèmes d'exploitation intégrés dans tous les ordinateurs sous l'effet de l'action combinée du ministère de la justice américain, et de la commission de Bruxelles. On peut citer dans ce registre la société Nestlé qui pour sa cafetière Nespresso et ses capsules adaptées est amenée à rencontrer les mêmes problèmes relatifs à son monopole. Enfin, l'accélération de la diffusion des novations sur le marché rend particulièrement périlleuses les stratégies de leadership, c'est à dire les investissements lourds sur une "novation unique". Par exemple, dans le domaine de l'aviation, une entreprise telle que Lockheed s'est vue sortir du marché par faute d'avoir misé sur un procédé moins performant que celui de ses concurrents, à savoir que le turbopropulseur s'est avéré moins efficace et intéressant pour le marché que le turboréacteur préféré par la concurrence.

 

Exemples de gain de compétitivité

 

Les innovations sont essentiellement de deux types. Il y a les novations de produits, et les novations de processus. D'un côté les entreprises présentent sur un marché donné des produits nouveaux, c'est ce qu'on appelle la stratégie de différenciation, de l'autre les entreprises améliorent leur procès de production de telle sorte qu'elles augmentent leur productibilité, diminuent leurs coûts, ou affichent de meilleurs ratios de rentabilité. Dans ce cadre des créations de nouveaux procédés qui ont permis à une société de gagner en compétitivité, on peut citer Intel qui a su se démarquer sur le marché grâce à l'acquisition de technique de gravure d'une incroyable finesse. En effet, productrice de microprocesseurs dotés de circuits d'une finesse de gravure de 45 nanomètres, Intel a bénéficié d'une avance dans la technique de gravure de plusieurs mois avant ses concurrents. Cette innovation dans le procédé a particulièrement boosté la compétitivité de cette société. En terme de stratégie de différenciation, on peut citer la célèbre marque Apple qui avec l'Ipad et l'IPhone a considérablement amélioré sa compétitivité sur le marché global.

 

 

 

POSEZ NOUS VOS QUESTIONS

Submitting Form...

The server encountered an error.

Form received.

MADE WITH by Revolution80.fr